Edit Content
CATÉGORIES

Une mère Irlandaise était en route pour les Etats-Unis à bord d’un bateau. On trouvait à bord de ce bateau, tout genre d’animation. Des orchestres de Jazz sur le bateau jouaient, les gens faisaient la fête et continuaient tout bonnement. Quelque temps après, une grande tempête survint et ils lancèrent des appels S.O.S.

Le capitaine descendit en courant et dit : « Arrêtez la musique une minute. Nous venons de recevoir un message de New York. Si nous ne pouvons pas tenir bon pendant trente minutes, nous allons nous retrouver au fond de la mer.»

La situation était critique, le capitaine cria : «Changez de musique, que tout le monde prie.»

C’est triste de constater qu’il faut des moments comme celui-ci, à l’être humain, des moments où il voit sa fin arrivée, pour réaliser l’existence de Dieu et demander Son aide.

Tout le monde tomba sur ses genoux, et les orchestres se mirent à jouer le cantique : «Mon Dieu plus près de Toi». Tous se mirent à prier tandis que le bateau, ballotté en avant et en arrière, tanguait au milieu des vagues.

La pauvre petite mère irlandaise aux longs cheveux, avec une longue robe à manches longues, marchait de long en large en criant de joie : «Alléluia, Alléluia!» Elle ne priait pas et remerciait simplement le Seigneur.

Surpris par son attitude face à la situation, le capitaine lui demanda: «Pourquoi ne priez-vous pas, madame?», elle dit: «Je suis prête.» Elle était une chrétienne consacrée, elle était donc prête à toute éventualité. Ce n’est pas au moment des épreuves que nous devons nous souvenir de Dieu, la vie chrétienne est une vie de consécration. Soyons prêts car le départ est soudain.

Après un temps, alors que tout le monde continuait à implorer l’aide de Dieu, cette dame continuait à se réjouir et à crier : Alléluia.

Le capitaine revint et dit : «Madame, qu’est-ce qui vous prend?»

Elle dit: «Je suis tellement heureuse!»

«Avez-vous compris ce que j’ai dit? Si ce bateau ne tient pas bon, durant trente minutes, nous allons nous retrouver au fond de la mer ! » Dit-il.

«J’ai compris cela. Alléluia!» Continua la dame

«Que voulez-vous dire par là, madame?»

Elle dit: «Je glorifie Dieu!»

«Etes vous consciente que vous pouvez vous retrouver au fond de la mer dans un quart d’heure ?»

Elle dit: «Certainement, et cette éventualité me réjouit»

Elle révéla alors au capitaine l’objet de sa joie : «Monsieur, je voyage de l’Irlande vers l’Amérique, pour visiter ma fille. Je ne l’ai pas vue depuis trente ans. »

« Quel est le rapport avec le danger qui nous menace actuellement pour que vous soyez dans la joie ? » répliqua le capitaine.

Elle continua: «Si le bateau tient le coup durant trente minutes, je la verrai en Amérique.»

Et, dit-elle, : «S’il ne tient pas le coup, j’en ai une autre dans la gloire. Je verrai l’une d’elles dans les trente prochaines minutes.» Alléluia! C’est cela!

Cette dame avait deux filles, une qui était déjà morte et une autre qui vivait aux Etats-Unis. Donc peu importe la situation qui allait arriver, elle était sûre de voir l’une de ses filles. Quelle assurance !
Quand nous sommes en Christ nous avons cette assurance face à toute éventualité. Même la mort est à notre service, pour un chrétien né de l’Esprit de Dieu, la mort n’est qu’un service de déménagement qui nous emmène près du Père.

Voilà pourquoi Paul pouvait crier : O mort, où est ta victoire ? O mort, où est ton aiguillon ? (I Corinthiens 15: 55). Soyons prêts, ce n’est pas lorsque les épreuves viennent qu’il faut chercher Dieu et une fois que tout est passé, on Le relègue au second plan.

Dans sa première épitre aux Thessaloniciens l’apôtre Paul dit :

Car vous savez bien vous-mêmes que le jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit.
Quand les hommes diront : Paix et sûreté ! alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l’enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n’échapperont point.
Mais vous, frères, vous n’êtes pas dans les ténèbres, pour que ce jour vous surprenne comme un voleur ;
vous êtes tous des enfants de la lumière et des enfants du jour. Nous ne sommes point de la nuit ni des ténèbres.
1 Thessaloniciens 5 : 2-6

Veillons, prions, mettons nos vies en ordre et débarrassons nous de tout péché qui nous enveloppe si facilement car le jour du Seigneur est proche. Construisons notre vie de manière à dire comme cette Irlandaise : « Je suis prête » 

Merci pour votre attention et vous souhaite une bonne pratique de la Parole de Dieu.

Que Dieu vous bénisse et vous accorde Sa paix.

Donducielement vôtre.

Facebook
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES RECENTS