Edit Content
CATÉGORIES

Dans la première partie nous avons vu que Jésus était le fils promis sur lequel reposait la domination. Il est aussi l’admirable, conseillé et prince de paix.
Tous ces attributs ne sont pas de simple titre, mais c’est ce qu’Il est, c’est sa nature.
Ce verset d’Esaïe qui nous annonce l’arrivée du Fils promis va encore plus loin dans sa déclaration.

Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, Et la domination reposera sur son épaule ; On l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix.
Donner à l’empire de l’accroissement, Et une paix sans fin au trône de David et à son royaume, L’affermir et le soutenir par le droit et par la justice, Dès maintenant et à toujours : Voilà ce que fera le zèle de l’Éternel des armées.
Esaïe 9 : 5-6

Nous venons de le lire ; Il sera aussi appelé Dieu puissant, Père éternel. Est-ce une simple déclaration ? Une erreur ? L’est-il vraiment ? Qui est Jésus-Christ ?

LA DIVINITÉ DE JÉSUS

Jésus-Christ est-il Dieu, Fils de Dieu ou les deux ? Était-il un simple prophète, un simple homme ? Seules les écritures peuvent nous aider à élucider cette question.

D’entrée, il est difficile d’imaginer qu’une déclaration comme celle d’Esaïe 9 : 5, que nous avons lu plus haut, puisse avoir une autre explication que ce qu’il déclare. Cela n’est peut-être pas suffisant pour valider la thèse de la divinité de Jésus-Christ, me diriez-vous. Vous avez raison car la Bible déclare qu’un fait ne pourra s’établir que sur la déposition de deux ou de trois témoins. (Deutéronome 19 : 15). Considérons donc ce passage d’Esaïe 9 : 5, comme notre premier témoin. Voyons si les écritures nous donnent d’autres témoins. Cela enlèvera tout doute de notre croyance.

2ème TÉMOIN

Avant de parler de ce deuxième témoin, essayons, premièrement de poser une fondation qui nous permettra de mieux saisir la profondeur de notre deuxième passage biblique, notre deuxième témoin.

Nous savons tous que Jésus avait l’habitude de parler en paraboles. Pourquoi le faisait-il? Y avait-il une raison à cette manière de présenter les choses? Qui est mieux placé que Lui pour nous en donner le pourquoi ?.
Alors qu’Il venait de terminer la parabole du semeur, les disciples n’ayant pas saisi le sens de celle-ci, lui demandèrent cela signifiait.

Ses disciples lui demandèrent ce que signifiait cette parabole.
Il répondit : Il vous a été donné de connaître les mystères du royaume de Dieu ; mais pour les autres, cela leur est dit en paraboles, afin qu’en voyant ils ne voient point, et qu’en entendant ils ne comprennent point.
Luc 8 ; 9-10

N’est ce pas merveilleux de constater combien Dieu nous aime!  Les choses cachées du royaume le sont pour les autres, mais à Ses enfants Dieu se dévoile. Quel amour pour Ses enfants! Quand nous ne comprenons rien, il nous suffit de nous confier à Lui, Lui demandé : “Père que veux tu dire? Qu’est ce que cette épreuve, cette situation veut dire? Tu m’as enseigné que toute chose concourt pour mon bien, alors que devrai-je comprendre?”  Comme Christ à répondu aux disciple qui ne comprenait rien, Il te répondra certainement si tu viens avec simplicité et disponibilité de coeur.

Nous comprenons que les mystères du royaume de Dieu ne sont pas à la portée de tous, cela est réservé aux siens. Et l’un des mystères du royaume de Dieu, c’est la divinité de Jésus-Christ. Ceci nous conduit à ce deuxième témoin.

 Lorsque Jésus donne la commission aux disciples, Il leur dit ceci :

Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit,
Matthieu 28 : 19

Grammaticalement cette phrase n’est pas correcte. Il cite : Père, Fils ET (conjonction de coordination) Saint-Esprit. Il n’est pas dit OU, mais ET ; donc ce n’est pas l’un ou l’autre mais les trois. On semble donc être en présence de trois personnes différentes, d’après cette configuration. Jésus aurait alors dû dire : les baptisant AUX NOMS ou bien DANS LES NOMS !

Comment a-t-il cité trois personnes sans mettre “NOM” au pluriel ? Parlait-il d’une seule personne assurant ces trois fonctions, d’où ce singulier, ou était-ce une erreur de langage et de traduction ?

Lorsque que Jésus leur dit de le faire AU NOM, nous comprenons qu’Il parlait d’un seul nom, alors lequel ? Père est-il un nom ? Fils est-il un nom ? Et qu’est ce que le Saint-Esprit, est-ce un nom ? Père et Fils ne sont pas des noms mais des titres. Consentons tout de même de leur donner cette nature de nom, puisque ce sont des noms communs ; alors de quel père s’agit-il? De Dieu me diriez-vous.  

D’accord, quel est le nom du Père? Jéhovah me diriez-vous ; et celui du Fils ? Jésus-Christ. Et celui du Saint-Esprit? A-t-il un nom ? Si oui, lequel? Le Saint-Esprit n’est pas un nom mais la nature de cet Esprit; c’est un Esprit qui est Saint. Admettons alors que vous ayez trouvé le nom de ce dernier; nous nous retrouvons en face DES NOMS et non pas DU NOM (au nom), avec lequel, allons-nous baptiser puisque l’ordre est de le faire AU NOM ? D’ailleurs aucune personne dans la Bible n’a été baptisée dans les noms de Père, Fils et Saint-Esprit. Après le départ de Jésus, tout le monde a été baptisé AU NOM DE JÉSUS. 

DIEU CONFIRME T-IL LA FAUSSETÉ ?

Autre chose, après avoir reçu le Saint-Esprit, les disciples sont sortis de leur cachette, parlant en langue. Les gens sont arrivés leur demandant comment faire pour être sauvé : écoutant Pierre leur donner la recette du salut.

Après avoir entendu ce discours, ils eurent le cœur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : Hommes frères, que ferons-nous ?
Pierre leur dit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé
au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint-Esprit.
Actes 2 : 37-38

Pierre a-t-il enseigné une doctrine contraire à celle de Christ ? Si oui, comment Pierre pouvait enseigner quelque chose de contraire et Dieu confirmer cela ? En effet, Dieu a confirmé l’enseignement de Pierre en donnant le Saint-Esprit à ceux qui étaient baptisés au nom de Jésus-Christ ; Dieu confirme-t-il les fausses doctrines ? Pierre a-t-il dit quelque chose de contraire ? Bien sûr que non. Pierre avait les clés du royaume et la révélation de ce que le maître disait, raison pour laquelle Dieu confirmait Sa Parole en baptisant du Saint-Esprit ceux qui se faisaient baptiser au nom de Jésus-Christ.

3ème TÉMOIN

Les gens avec les mains levé louant le Seigneur Jésus-Christ car Il est Dieu.

Si Père, Fils et Saint-Esprit sont trois personnes différentes alors nous faisons de Jésus un enfant bâtard. Oui, vous avez bien lu, cette approche des choses fait de Jésus un enfant bâtard. Loin de nous l’idée même que Christ soit un enfant bâtard. Christ est le Fils de Dieu, nous le savons, Lui-même le dit. Maintenant écoutez ceci :

Voici de quelle manière arriva la naissance de Jésus-Christ. Marie, sa mère, ayant été fiancée à Joseph, se trouva enceinte, par la vertu du Saint-Esprit, avant qu’ils eussent habité ensemble.
Joseph, son époux, qui était un homme de bien et qui ne voulait pas la diffamer, se proposa de rompre secrètement avec elle.
Comme il y pensait, voici, un ange du Seigneur lui apparut en songe, et dit : Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre avec toi Marie, ta femme, car l’enfant qu’elle a conçu vient du Saint-Esprit ;
Matthieu 1 : 18-20

Avons-nous bien lu ? Marie se trouva enceinte, par qui ? Par Dieu ? NON, mais par le Saint-Esprit. Et au verset 20, lorsqu’un ange du Seigneur apparut à Joseph pour lui demander de ne pas craindre de prendre Marie pour femme, il lui dit que l’enfant venait de qui ? De Dieu ? NON, mais du Saint-Esprit. Alors ma question est celle-ci : si Dieu et le Saint-Esprit sont deux personnes distinctes, de qui Jésus est-Il le fils ? Qui est son père ? Dieu ou le Saint-Esprit ?

Toujours pas convaincu de la divinité de Jésus-Christ ? Soyez rassurés, il n’y pas que ces trois témoins, nous allons parcourir toute la Bible pour voir ce qu’il en est. Nous ne pouvons pas disséquer Dieu en trois, et rester monothéïste. Nous n’avons qu’un seul Dieu et Son Nom est Jésus-Christ.

Jésus est La pierre rejetée par vous qui bâtissez, Et qui est devenue la principale de l’angle.
Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.
Actes 4 : 11-12

Nous espérons que cette deuxième partie de notre étude vous a aidé à commencer à voir clair sur la personne de Jésus-Christ. Notre petite étude n’est pas terminée, nous nous reverrons dans la troisième partie pour continuer à sonder les écritures.

Que Dieu vous bénisse richement à la pratique de Sa Parole.

 Donducielement vôtre.

Facebook
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES RECENTS